Lettres migrabondes

Migrabond: à la fois migrateur et vagabond (H. Bianciotti). Comme la littérature...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sophie Chérer (1961-)

Aller en bas 
AuteurMessage
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Sophie Chérer (1961-)   Lun 7 Fév à 19:45

L'Enjoliveur, de Sophie Chérer


"Une bonne surprise et un livre déroutant
En lisant ce livre, je pensais jusqu'à 100 pages avant la fin, que c'était un livre bien écrit, bon vivant, et sympathique mais je ne parvenais pas à m'y retrouver. Il me restait étranger. Je ne suis pas de la famille des idolâtres, et c'est peut-être pourquoi je ne l'appréciais sans doute pas à sa juste valeur. En gros, on nous narrait gaiement la vie d'une joyeuse troupe d'admirateurs de Giono qui se pressent, mangent, découvrent les lieux où vécut le maître vénéré, et en récitent des passages. J'y relevais bien quelques passages intéressants (p. 100, une vraie ode à l'aligot), et d'autres pathétiques, comme la scène où toute la joyeuse troupe vient emmerder un vieux couple de paysans parce que le tournage d'un film de Giono a eu lieu là, est véritablement pitoyable, dégoûtante même. Tous ces citadins qui ne comprennent rien à la vie de ces pauvres paysans, qui ne demandaient rien sont pour eux une horreur. Ils voulaient juste qu'on leur foute la paix, c'est tout. Je trouvais ce passage choquant.
Il est sûr toutefois que l'ambiance était joviale, à l'image de Sophie Chérer et que, malgré cette obscure idolâtrie de masse, ce livre possédait un attrait indéniable.
Et alors, une centaine de pages avant la fin, le livre prend un tout autre intérêt, quand le roman champêtre glisse vers le genre policier et que le narrateur cesse d'être contemplatif pour devenir actif. Et là, la lecture est beaucoup plus aisée, rapide, et bien moins ennuyeuse, malgré les quelques accents assez malvenus, malsains, que prend parfois le narrateur.
En somme, une bonne surprise et un livre déroutant, pour peu qu'on parvienne à passer les 100 premières pages..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sophie Chérer (1961-)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'irai à Nagasaki en Bibliothèque de la Jeunesse (1961)
» [De Schaepdrijver, Sophie] La Belgique et la Première Guerre mondiale
» [Gee, Sophie] Le scandale de la saison
» [Poirier, Sophie] La libraire a aimé
» [Kinsella, Sophie] Samantha bonne à rien faire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lettres migrabondes :: Défense et illustration de la langue française :: Ô France...-
Sauter vers: