Lettres migrabondes

Migrabond: à la fois migrateur et vagabond (H. Bianciotti). Comme la littérature...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Daniel Slimak (1939-1999)

Aller en bas 
AuteurMessage
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Daniel Slimak (1939-1999)   Lun 14 Nov à 0:48

L’orange éclatée, de Daniel Slimak, HB éditions

"Maman…

Un peu plus de cent pages. Deux parties, l’une pour dire ce qu’était une enfance juive cachée dans la guerre de 1940, quelque part dans la province française, l’autre pour chanter l’amour filial jamais éteint pour une mère injustement jugée parfois.
Dans la guerre, les difficultés, le père absent et déporté, la mort du petit frère malade, la mère qui a du mal à tenir, à survivre, les faux noms, l’aide prétentieuse d’une tante à la morale rigide en famille mais légère avec les hommes de la Kommandantur, les lâchetés, tout l’arbitraire du nazisme ; tout cela est concentré dans le récit de Slimak, à travers les yeux d’un petit garçon, bien jeune, et qui, loin de tout comprendre, en veux à sa mère, qu’il juge lointaine et indifférente.
Puis, il est envoyé à l’école militaire, et jette contre un mur l’orange que sa mère lui a donné. Premier signe d’une révolte et d’un éloignement, qui dure 50 ans.
Puis, le moment vient où la mère se fait très vieille et se meurt à petit feu. La complicité morte depuis longtemps renaît entre la mère et le fils, l’amour jamais réellement éteint en fait, juste distant et malentendu de part et d’autre. L’enfant découvre qui fut sa mère, à travers ses confidences, son rapport à la judéité bien plus complexe que le sionisme ultra-virulent de ses beaux-frères, sa vie de souffrances et de joies, ses aspirations et le pourquoi de ses décisions.
Magnifique chant d’amour filial, ce livre, dont je ne suis pas parvenu à savoir s’il est autobiographique ou non (encore que l’on puisse le soupçonner), est un hommage tendre et sans complexe, que tous ceux qui ont été un jour des petits garçons et n’en sont pas encore guéris comprendront au plus profond de leur cœur.
Une œuvre authentique, belle et rare, venue d’un poète comtois trop tôt disparu."

Citations :
« Et maintenant me voici homme, chargé de mes bagages de souffrances dans mon âme, dans ma peau, dans chacun des battements de mon cœur. »
p.92

« Et voici que cette nuit-même, on m’annonce ta mort. Je ne suis pas surpris. Je suis chancelant. On est toujours pris au dépourvu. C’est le coup de lame avant la blessure, la béance où l’on devine qu’une inguérissable plaie va s’installer. On se sent injustement poignardé. On se dit que c’est impossible. On redoute cette certitude qui, peu à peu, gagne de l’intérieur. Le choc n’est rien. Les ondes soulevées par le choc sont terribles. »
p.102

« Stupide facilité que de remettre au lendemain l’aveu d’aimer au regard de la sublime chance de vivre en aimant et de vivre aimé. »
p.103

« La mort vient au secours de la trop grande souffrance. »
p.109
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarabéaware
Petit Nouveau


Nombre de messages : 1
Localisation : Haute-Saône
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: Daniel Slimak (1939-1999)   Dim 20 Nov à 23:21

Effectivement un très beau livre qui est bien autobiographique mais qui ne retrace qu'une partie de sa vie. Daniel Slimak était Haut-Saônois de Vesoul et il n'était pas seulement poète, il étais aussi chanteur. Il a fait des spectacles et sorti des disques. Prof il a enseigné les maths et les arts plastiques au lycée Gérome à Vesoul.
Aujourd'hui disparu mais toujours présent dans les coeurs. L'association LADS (Les Amis de Daniel Slimak) se charge de perenniser son souvenir.

Merci Alfred pour ce topic qui fait hommage à un grand homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/philoattitude
 
Daniel Slimak (1939-1999)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comme promis .. Daniel ..
» 1939 - 1940 - QUATRIEME CHAPITRE
» 30 eme bcp en 1939
» [Pennac, Daniel] Comme un roman
» Apicitou de Daniel Sebban

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lettres migrabondes :: Défense et illustration de la langue française :: Ô France...-
Sauter vers: