Lettres migrabondes

Migrabond: à la fois migrateur et vagabond (H. Bianciotti). Comme la littérature...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)

Aller en bas 
AuteurMessage
Morgoth64
Habitué
avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : Pyrénées Atlantiques
Date d'inscription : 10/02/2005

MessageSujet: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Sam 12 Fév à 0:41

On ne va tout de même pas parler de littérature anglaise sans mentionner le pape de l'héroïc fantasy ! dwarf

Sans doute l'auteur qui m'a le plus transporté. J'ai lu 10 fois son Seigneur des Anneaux, c'est indescriptible... La première lecture est assez monotone je dois dire, on a l'impression qu'il s'agit d'une très longue randonnée dans laquelle il ne se passe pratiquement rien. Pourtant il en ressort une certaine puissance qui donne envie de le relire... Et là on saisit toute la portée de cet univers, on se surprend à vouloir vivre dans ces endroits magiques, à cotoyer les différentes races et cultures de la Terre du milieu.

On a l'impression que l'on vit aux côtés des personnages, et dès que l'on pose le bouquin on se rend compte honteusement que ceux-ci nous manquent Shocked

Et puis cette émotion omniprésente... Que du bonheur.

Le film aidant, on arrive à mettre petit à petit des visages et des représentations sur les longues descriptions de Tolkien, et rien que pour cela, je dis merci Mr Jackson !

C'est bête mais je n'ai pas les mots pour décrire ce que m'a fait vivre cette saga. Il m'arrive de temps en temps de m'y replonger, pour finalement me rendre compte que je connais chacune des 1200 pages par coeur.

L'aventure Tolkien ne se limite evidemment pas au SDA, il y a aussi l'excellent Bilbo! Un conte super bien foutu, avec tout ce qu'il faut pour en faire un merveilleux film: action, suspense, noirceur, émotion, quêtes, et surtout beaucoup d'humour.

Si cela vous semble trop fastidieux de se lancer dans Le Seigneur des Anneaux, commencez par Bilbo le hobbit! C'est moins dense, plus accessible et vraiment rapide à lire...

Et pour les fans confirmés, rien de tel que le Silmarillon. Certes ce bouquin parait incompréhensible au premier abord, mais c'est mythique... Une vraie bible, celle de la Terre du milieu.

Toute une mythologie reconstituée, il fallait le faire! Chapeau l'artiste, surtout que son style change radicalement d'un bouquin à l'autre...

J'en verserais presque une larmichette tiens Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://friction-creatrice.forumactif.com
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Sam 12 Fév à 0:47

Oui, là évidemment, tu tapes dans le génie.

Tolkien, franchement, il me laisse sur le cul, pour parler vulgairement. Il a construit entièrement un monde, avec ses références, ses langues, etc... tout en faisant une oeuvre littéraire de la plus haute portée.
Rares sont les auteurs qui peuvent prétendre avoir réussi un tel monument, forcèment inachevé.

Une expérience unique, un livre unique, un souvenir merveilleux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgoth64
Habitué
avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : Pyrénées Atlantiques
Date d'inscription : 10/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Sam 12 Fév à 1:12

Je ne te pensais pas assidu de Tolkien, et ça me fait très plaisir ce que tu dis là Razz

T'as lu quoi de lui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://friction-creatrice.forumactif.com
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Sam 12 Fév à 1:17

Morgoth64 a écrit:
Je ne te pensais pas assidu de Tolkien, et ça me fait très plaisir ce que tu dis là Razz

T'as lu quoi de lui?


J'ai lu le Seigneur des Anneaux, et le Silmarilion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgoth64
Habitué
avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : Pyrénées Atlantiques
Date d'inscription : 10/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Sam 12 Fév à 1:21

Une seule fois?

Hérétique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://friction-creatrice.forumactif.com
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Sam 12 Fév à 1:23

Oui, j'ai tant de choses à lire, que je relis très peu de choses. Sauf des fois un passage pour repréciser.

Il n'y a que deux livres que je relis très régulièrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgoth64
Habitué
avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : Pyrénées Atlantiques
Date d'inscription : 10/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Sam 12 Fév à 1:42

(quel suspense...)

Mais que sont-ce?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://friction-creatrice.forumactif.com
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Sam 12 Fév à 1:43

Morgoth64 a écrit:
(quel suspense...)

Mais que sont-ce?

En fait, ce sont deux petits livres:
L'étranger, de Camus
L'île du Dr Moreau, de Wells.


(Fin du suspense)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgoth64
Habitué
avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : Pyrénées Atlantiques
Date d'inscription : 10/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Sam 12 Fév à 1:45

As-tu lu "je viens d'ailleurs" de Lovecraft?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://friction-creatrice.forumactif.com
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Sam 12 Fév à 1:50

Morgoth64 a écrit:
As-tu lu "je viens d'ailleurs" de Lovecraft?

Je n'ai jamais lu Lovecraft.

Tu sais, en SF, je suis quasiment ignare. J'ai lu qqes classiques, ça s'arrête là. Pas trop ma tasse de thé en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgoth64
Habitué
avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : Pyrénées Atlantiques
Date d'inscription : 10/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Sam 12 Fév à 2:10

Oki non je demandais parceque c'est pas vraiment de la SF...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://friction-creatrice.forumactif.com
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Ven 8 Avr à 14:35

""Le seigneur des Anneaux", un titre mythique, un livre aux dimensions d’une légende. Et une critique de circonstance du père Alfred, disent déjà les mauvaises langues. Les vipérines langues n’ont peut-être pas tout à fait tort, et, sans la sortie prochaine de l’ultime volet cinématographique de la saga jacksonienne, je n’aurais sans doute pas écrit un message sur ce formidable bouquin, que j’ai lu voici longtemps.
Soyons clairs, l’ambition m’a parfois débordé. J’ai voulu, une première fois lire ce bouquin, qui se trouvait dans une édition en six volumes dans un recoin de la petite bibliothèque de ma bourgade. Je devais alors avoir entre neuf et onze ans, je ne saurais préciser mieux. Et donc, malgré les avertissements prononcés avec justesse par la bibliothécaire ("Attention, c’est peut-être un peu dur pour ton âge !" Ma mère : "Oui, mais il lit des choses très en avance pour son âge."), malgré ces judicieux avertissements, donc, j’avais décidé de me lancer dans cette lecture de longue haleine. Et oui, en ces temps pas si reculés, braves gens, Harry Potter n’existait pas, et les petits garçons se contentaient encore de Jules Verne, Wells, London, et des auteurs jeunesse.
Et, je dois reconnaître, en toute humilité, que j’ai lu avec difficulté les trois premiers chapitres, avant d’abandonner l’ouvrage, et d’oublier jusqu’à son titre. Pourtant, les quelques descriptions des premiers chapitres (herbe à pipe, anniversaire de Bilbon Sacquet), m’étaient restées dans un coin de la mémoire.
Et quand, un ou deux lustres plus tard, j’ai décidé de lire "Le seigneur des anneaux", dont j’avais lu ou entendu je ne sais où un commentaire élogieux (on ne parlait pas encore de Peter Jackson à cette époque), j’ai immédiatement reconnu la mise en place que j’avais abandonné quelques années auparavant. Et cette fois, j’ai été au bout, j’ai lu le bouquin d’une traite, d’un souffle (épique, bien entendu), quasiment sans m’arrêter. J’ai dû le lire en une semaine au plus, et je suis resté marqué par cette lecture, qui résonne encore dans mon esprit comme un souvenir émerveillé. Si on m’avait dit à l’époque que l’on ferait un jour un film de cette œuvre, j’aurais pensé qu’il ne pourrait s’agir que d’un fou pour se lancer dans un tel travail. Depuis, tout le monde le sait, un homme l’a fait, avec le brio que l’on a pu observer jusqu’à présent.
L’histoire, dans ses grandes articulations, pour ceux qui ne la connaîtraient pas, ou voudraient réviser rapidement avant de se précipiter dans des salles noires...
Au début, ça pourrait ressembler à n’importe quel roman anglais où il ne se passe pas grand-chose. On cause d’un petit peuple qui habite un monde différent du nôtre, dans un petit pays, avec de petites collines, dans leurs petites maisons, et qui fument leurs petites pipes bourrées d’herbe spéciale. Ce petit pays sans histoire ressemble furieusement à l’Angleterre, et les trous où gîtent les Hobbits ont des airs de cottages.
Et ce petit pays, appelé Comté (aucun rapport avec notre Comté, bien plus franche), est en émoi, car un pépère du village, Bilbon Sacquet, prépare son 111e anniversaire. Ce bonhomme, seul parmi les siens, a autrefois connu bien des aventures, mais heureux qui comme Bilbon, est retourné en sa Comté.
Et, pour cette fête, arrive un vieil ami dudit Bilbon, Gandalf le magicien, sûrement le personnage le plus impressionnant et charismatique de la série.
Et c’est à peu près là que s’achève le récit d’une banale fête de village, et que l’on entre dans l’intense récit épique, d’aventures et d’action, de magie et de dangers.
Pour résumer, le neveu de Bilbon, le jeune Frodon (personnage assez insignifiant au demeurant, insignifiance très bien rendue dans les films), est en possession d’un anneau magique, contrôlé par le maître du Mal, Sauron, qui l’a forgé pour gouverner tous les peuples de la Terre du Milieu, et Sauron cherchant à le récupérer pour éviter que le Hobbit n’aille le détruire, les dangers, monstres et saloperies diverses vont donc pulluler tout au long de l’histoire. Sachant qu’en plus le seul endroit où l’anneau peut être détruit n’est pas un simple champ de la Comté, mais bien évidemment en Mordor, repaire de Sauron et ses hordes d’orcs et bêtes en tous genres.
Donc, nos hobbits (ils seront quatre, Frodon, Sam son serviteur, et Merry et Pippin les cousins turbulents), partent en vadrouille à travers le vaste monde. Parvenant non sans mal et sans rencontres pittoresques (Galadriel (dans le film, la diaphane et talentueuse Cate Blanchett), des elfes, des hommes, etc. Et Tom Bombadil, dont l’absence dans le film est regrettable) à rejoindre Gandalf.
Alors se forme la communauté de l’anneau, composée de huit personnages plus ou moins typiques, plus Gandalf.
Traversant mille difficultés, la communauté, qui donne son nom au premier tome, finit par se séparer, laissant Gandalf mort, et deux groupes partant chacun dans une direction différente.
Mon message est déjà bien long, alors je vais abréger. Par la suite, on assiste, à de gigantesques batailles épiques, à des aventures incroyables et des dangers invraisemblables (araignée géante, Nazgul, etc.), à des combats menés par des arbres vivants (les Ents, sans doute la plus belle invention de Tolkien), et tant d’autres choses.
Au final, et pour résumer, on passe des moments incroyables, on tremble, on rit, on se dépayse, et surtout, aussi inconcevable que cela puisse paraître, on y croit. On vit dans ce monde, on se bat avec les héros, on souffre avec eux.
Je pense que je ne dévoile pas grand-chose si je signale que le bien vainc le mal.
On pourrait disserter une vie durant sur les intentions et œuvres de Tolkien, ce vieux professeur de philologie anglais tout à fait banal, qui a pourtant été récupéré aussi bien par des babas-cool que par des nazillons. On a tout vu dans le seigneur des anneaux, et les axes de lectures sont innombrables (écologie, amitié entre des « races » très différentes, résistance britannique sous le Blitz nazi en 1940, boucherie de la guerre de 1914, défense des valeurs démocratiques, et surtout corruptibilité du cœur humain, vision pessimiste ou optimiste de la vie ?, etc...)
Pour enfin en finir, je veux dire seulement que Tolkien est un grand du XXème siècle, un des deux ou trois plus grands. Et il ne faut pas avoir peur de le dire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage de lait
Permanent
avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Sous un châtaignier...
Date d'inscription : 11/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Ven 12 Aoû à 14:21

Une oeuvre incontournable et inégalée...

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chauve-souris
De temps en temps
avatar

Nombre de messages : 18
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 01/07/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Lun 22 Aoû à 16:46

Si vous cherchez un fan et spécialiste de Tolkien, contactez mon frère Ujisato !! Cool farao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ujisato
De temps en temps
avatar

Nombre de messages : 22
Localisation : Paris
Date d'inscription : 08/05/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Mar 20 Déc à 14:48

C'est vrai que je m'y suis longtemps évadé Very Happy
J'y vais de mon petit texte aussi, publié il y a quelques années sur "Vialibre" (http://www.vialibre5.com/pages/magazine/n14-pages/n14-page_edito.htm)

Frodo et les Argonautes

"Si toutes les crevasses du monde, nous les avons emplies
d’Elfes et de Gobelins, si nous avons osé bâtir des Dieux et leurs demeures
Des ténèbres et de la lumière, et si nous avons répandu la semence des dragons,
C'était notre droit (bien ou mal employé). Ce droit n'est pas tombé en désuétude..."



J.R.R. Tolkien. Faërie



France, automne 1916, dans l’enfer boueux de la bataille de la Somme, le Verdun des armées britanniques engagées sur le continent, un jeune sous-lieutenant griffonne sur un carnet fatigué. Le crayon court sur le papier, semant ici une forêt que les éclats d’obus n’ont pas encore dévastée, là un royaume caché lové au creux des montagnes, épargné par la folie sanguinaire. Le garçon, tremblant de fièvre, caresse nerveusement son alliance. Avant de quitter l’Angleterre, il a épousé Edith, son amour d’enfance. Ce grand jeune homme s’appelle John Ronald Reuel Tolkien. Au milieu du brasier infernal, un paradis est sur le point de naître, un monde au-delà du temps, qui fascinera toujours près d’un siècle plus tard.

Un monde à part, singulier et pluriel, au confluent des croyances : païen et pourtant imprégné d’un monothéisme transcendant. Un monde peuplé d’Elfes et de Nains, mais hanté par les espoirs et les craintes de l’être humain.
Comment expliquer cette fascination, doublée désormais d’une popularité sans égale pour une œuvre unique dans toute cette bien souvent mauvaise littérature fantastique ? L’on sait que Tolkien était un érudit, un alchimiste subtil versé dans les mythes fondateurs et les grandes légendes de nombreux peuples. Il a façonné sa propre pierre philosophale dans ce creuset de connaissance, ravivant la flamme qui gît en chacun de nous : la peur du souffle du dragon, le parfum oublié de l’épopée.

En tournant les pages qui suivent, vous goûterez à votre tour aux saveurs du merveilleux. Prolongez l’enchantement du Seigneur des Anneaux en découvrant la véritable nature du redoutable Balrog ou en perçant à jour le mystère des Ents, les étranges bergers des arbres.
Vous apprendrez également comment John Howe, illustrateur de renom, a vécu plus d’un an et demi en Nouvelle-Zélande, sur les lieux du tournage de la trilogie de Peter Jackson, et réalisé un vieux rêve en voyant ses créations prendre vie sous les projecteurs.
Et parce qu’il faut rendre justice aux détracteurs du Professeur d’Oxford, vous jugerez vous-mêmes du bien-fondé des critiques de l’essayiste Isabelle Smadja.

Bienvenue en Terre du Milieu.

Contact Julien Peltier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.clan-takeda.com
Ujisato
De temps en temps
avatar

Nombre de messages : 22
Localisation : Paris
Date d'inscription : 08/05/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Mar 20 Déc à 14:49

Ujisato a écrit:
C'est vrai que je m'y suis longtemps évadé Very Happy
J'y vais de mon petit texte aussi, publié il y a quelques années sur "Vialibre" (http://www.vialibre5.com/pages/magazine/n14-pages/n14-page_edito.htm)

Frodo et les Argonautes

"Si toutes les crevasses du monde, nous les avons emplies
d’Elfes et de Gobelins, si nous avons osé bâtir des Dieux et leurs demeures
Des ténèbres et de la lumière, et si nous avons répandu la semence des dragons,
C'était notre droit (bien ou mal employé). Ce droit n'est pas tombé en désuétude..."

J.R.R. Tolkien. Faërie

France, automne 1916, dans l’enfer boueux de la bataille de la Somme, le Verdun des armées britanniques engagées sur le continent, un jeune sous-lieutenant griffonne sur un carnet fatigué. Le crayon court sur le papier, semant ici une forêt que les éclats d’obus n’ont pas encore dévastée, là un royaume caché lové au creux des montagnes, épargné par la folie sanguinaire. Le garçon, tremblant de fièvre, caresse nerveusement son alliance. Avant de quitter l’Angleterre, il a épousé Edith, son amour d’enfance. Ce grand jeune homme s’appelle John Ronald Reuel Tolkien. Au milieu du brasier infernal, un paradis est sur le point de naître, un monde au-delà du temps, qui fascinera toujours près d’un siècle plus tard.

Un monde à part, singulier et pluriel, au confluent des croyances : païen et pourtant imprégné d’un monothéisme transcendant. Un monde peuplé d’Elfes et de Nains, mais hanté par les espoirs et les craintes de l’être humain.
Comment expliquer cette fascination, doublée désormais d’une popularité sans égale pour une œuvre unique dans toute cette bien souvent mauvaise littérature fantastique ? L’on sait que Tolkien était un érudit, un alchimiste subtil versé dans les mythes fondateurs et les grandes légendes de nombreux peuples. Il a façonné sa propre pierre philosophale dans ce creuset de connaissance, ravivant la flamme qui gît en chacun de nous : la peur du souffle du dragon, le parfum oublié de l’épopée.

En tournant les pages qui suivent, vous goûterez à votre tour aux saveurs du merveilleux. Prolongez l’enchantement du Seigneur des Anneaux en découvrant la véritable nature du redoutable Balrog ou en perçant à jour le mystère des Ents, les étranges bergers des arbres.
Vous apprendrez également comment John Howe, illustrateur de renom, a vécu plus d’un an et demi en Nouvelle-Zélande, sur les lieux du tournage de la trilogie de Peter Jackson, et réalisé un vieux rêve en voyant ses créations prendre vie sous les projecteurs.
Et parce qu’il faut rendre justice aux détracteurs du Professeur d’Oxford, vous jugerez vous-mêmes du bien-fondé des critiques de l’essayiste Isabelle Smadja.

Bienvenue en Terre du Milieu.

Contact Julien Peltier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.clan-takeda.com
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Mar 20 Déc à 14:56

salut bravo l'ami! thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Mar 20 Déc à 19:34

Peux-tu nous en dire plus sur les critiques de cette dame que tu cites à la fin?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anne-sophie
Habitué
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 04/04/2005

MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   Ven 25 Aoû à 20:20

mon auteur préféré Embarassed

j'ai découvert bilbo en classe de 5ème grace au prof de français, j'avais adoré Shocked et puis les années passant j'avais complétement oublié le nom de l'auteur voire même le titre et des années plus tard, en fac, je vois chez un ami qui est devenu un proche aujourd'hui, ce bouquin format livre de poche tout usé à force d'avoir été lu posé sur la table de chevet affraid

du coup je m'y replonge, j'enchaine avec le seigneur des anneaux (j'ai dû le lire 5 ou 6 fois je pense) puis le silmarillion plusieurs fois également


j'aime cet univers , il me passionne et me transporte dans un autre monde Embarassed


j'ai encore beaucoup de choses à lire de cet auteur, je pense que j'y consacrerai beaucoup de temps dans les années à venir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)   

Revenir en haut Aller en bas
 
John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Porsche RSR Le Mans 1973
» John Howe (grand illustrateur de Tolkien)
» John Rambo
» John BUCHAN (1875-1940)
» Song of the Underground Railroad (John Coltrane Quartet)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lettres migrabondes :: Domaine anglo-américain :: Albion pas si perfide-
Sauter vers: