Lettres migrabondes

Migrabond: à la fois migrateur et vagabond (H. Bianciotti). Comme la littérature...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chateaubriand (1768-1848)

Aller en bas 
AuteurMessage
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Chateaubriand (1768-1848)   Ven 18 Fév à 22:44

François-René de Chateaubriand est né en 1768 à Saint-Malo, et a passé son enfance dans cette Bretagne sombre et mystérieuse, ce pays où la mer pénètre la campagne et les bois qui abritèrent les jeux de son enfance mélancolique et rêveuse. Rêveur, il le restera toute sa vie, nostalgique éternel, en exil de son enfance bretonne. La première partie de ces mémoires d’outre-tombe, admirables en tous points, depuis le génie du titre jusqu’à la grâce du style et des thèmes brassés dans cette entreprise géante, à la mesure d’une vie exceptionnelle, et à l’image de cette existence, cathédrale démesurée et baroque, cohérente en tous points comme par miracle, et pourtant chargée de digressions, d’apartés et de soliloques. Une merveille où se perd le lecteur du petit lecteur impressionné.
Ces douze premiers livres passent donc en revue la jeunesse de Chateaubriand, de sa naissance à début du XIXème siècle. On voit donc défiler les bois de Combourg, les remparts de St-Malo, les premiers feux de la Révolution, attirante par ses idéaux, répugnante par ses méthodes, qu’il finit par fuir pour découvrir un peu l’Amérique encore presque vierge, celle des bons sauvages rousseauistes, des puritains acharnés à bâtir une nation sur du néant, du souvenir de la déroute subie lors de la Guerre de Sept Ans, des aventuriers et trappeurs, des Franklin, Jefferson et Washington, attelés à construire la démocratie. Puis, il revient rapidement en France, pour rejoindre cette « armée des Princes », parée des oripeaux passés de sa gloire passée, pleine d’honneur et de grotesque, cette armée qui fut le chant funèbre d’un monde ancien qui meurt sous les coups d’un nouveau, plus moderne. Tout au panache et en fierté de sa vieille famille, et par fidélité à ses origines, il combat sans y croire vraiment dans ces régiments curieux d’un ordre moribond.
Puis, c’est l’exil en Angleterre, les difficultés et humiliations, sur lesquelles il passe rapidement, la nostalgie de la France. Après quelques propos sur les Lettres anglaises, le livre XII se clôt sur un retour vers la France, au tournant d’un siècle gorgé de promesse pour celui qui n’est encore que le jeune François-René, et qui s’apprête à se métamorphoser en l’immense Chateaubriand.
Ouvrage gigantesque, livre-vie, les Mémoires d’Outre-Tombe sont tout à la fois un hymne à un monde et un mode de vie qui périssent dans le rythme de l’Histoire, un chant à la Nature, une justification politique, et la leçon d’écriture romantique d’une vieille gloire littéraire aux jeunes qui le poussaient déjà vers le sépulcre.
Quand on a démarré une telle lecture, s’arrêter n’est pas difficile, c’est tout simplement devenu impossible. On en redemande, et une fois le livre fermé, on se précipite pour acheter les livres suivants (42 en tout).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: Chateaubriand (1768-1848)   Ven 18 Fév à 22:45

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dehard
Habitué


Nombre de messages : 29
Localisation : avignon
Date d'inscription : 11/02/2005

MessageSujet: Re: Chateaubriand (1768-1848)   Sam 7 Mai à 18:48

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chauve-souris
De temps en temps
avatar

Nombre de messages : 18
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 01/07/2005

MessageSujet: Re: Chateaubriand (1768-1848)   Sam 9 Juil à 12:22

"Levez-vous vite, orages désirés, qui devez emporter René dans les espaces d'une autre vie ! Ainsi disant, je marchais à grands pas, le visage enflammé, le vent sifflant dans ma chevelure, ne sentant ni pluie ni frimas, enchanté, tourmenté, et comme possédé par le démon de mon cœur. "
René

Aaa le mal de vivre romantique... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: Chateaubriand (1768-1848)   Sam 9 Juil à 14:08

Chauve-souris a écrit:
"Levez-vous vite, orages désirés, qui devez emporter René dans les espaces d'une autre vie ! Ainsi disant, je marchais à grands pas, le visage enflammé, le vent sifflant dans ma chevelure, ne sentant ni pluie ni frimas, enchanté, tourmenté, et comme possédé par le démon de mon cœur. "
René

Aaa le mal de vivre romantique... Rolling Eyes

J'adore Chateaubriand, si en accord avec mon âme à moi... Le génie des mots, le romantisme sans la miévrerie... Une vie et une oeuvre placées sur les sommets... Sommets glorieux, un peu hautains, mais si beaux et passionnés... Peut-être l'écrivain dont la vie et l'oeuvre s'accordent le mieux avec mes perceptions profondes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chauve-souris
De temps en temps
avatar

Nombre de messages : 18
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 01/07/2005

MessageSujet: Re: Chateaubriand (1768-1848)   Sam 16 Juil à 12:22

Alfred a écrit:
le romantisme sans la miévrerie... .

Surtout au départ le romantisme ne se veut pas mièvre, c'est un mal de vivre, cela a été déformé par une autre littérature plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: Chateaubriand (1768-1848)   Sam 16 Juil à 14:08

Chauve-souris a écrit:
Alfred a écrit:
le romantisme sans la miévrerie... .

Surtout au départ le romantisme ne se veut pas mièvre, c'est un mal de vivre, cela a été déformé par une autre littérature plus tard.


Tout à fait! Et surtout par une utilisation galvaudée du terme à notre époque... Envoyer des fleurs à l'élue de son coeur, ce n'est pas être romantique... C'est gentil, tendre, passioné, amoureux, peu importe...
Le romantisme dans mon esprit ne va pas sans une certaine violence de l'esprit accordée à la violence des éléments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chateaubriand (1768-1848)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chateaubriand (1768-1848)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» François-René De Chateaubriand (1768-1848) Livre I Argument.
» Nuit de printemps ( de François-René de CHATEAUBRIAND (1768-1848)
» François-René Chateaubriand (1768-1848) XI. Pour le mariage de mon neveu
» Livraisons populaires 1848-1870
» Lettre de Rome, 1848.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lettres migrabondes :: Défense et illustration de la langue française :: Ô France...-
Sauter vers: