Lettres migrabondes

Migrabond: à la fois migrateur et vagabond (H. Bianciotti). Comme la littérature...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mort de Jacques Chauviré (1915-2005)

Aller en bas 
AuteurMessage
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Mort de Jacques Chauviré (1915-2005)   Jeu 7 Avr à 11:50

Grande tristesse à la mort de cet écrivain sensible et doué, tendre vieux monsieur, dont il faut lire et relire "Elisa", un court roman nostalgique et délicat.

"Le médecin et écrivain Jacques Chauviré est mort lundi 4 avril à son domicile de Neuville-sur-Saône, a-t-on appris auprès des éditions Le Temps qu'il fait.
Voici leur communiqué :

"Né en 1915 près de Lyon où il a fait ses études, il fut médecin généraliste à Neuville-sur-Saône où il vient de s'éteindre. En littérature, il fut l'ami de Jean Reverzy (qui avait été son condisciple), de Claude Roy et d'Albert Camus (lequel fit publier en 1958 son premier livre, "Partage de la soif" réédité en 2000 par Le Dilettante).
Auteur de cinq autres romans publiés initialement par Gallimard : "Les passants", "La terre et la guerre", "La confession d'hiver", "Passage des émigrants" (réédité en 2003 par Le Dilettante), "Les mouettes sur la Saône" (réédité en 2004 par Le temps qu'il fait), et de deux recueils de nouvelles : "Rurales" (avec des dessins de Jacques Truphémus, Maison du Livre de Pérouges, 1983) et "Fins de journées" (Le Dilettante, 1990). Publicité

Ayant nourri ses livres de l'expérience quotidienne de la souffrance et de la mort, et écrit en marge d'un métier très prenant généreusement exercé au profit des humbles et des vieillards, vivant à l'écart du monde des Lettres, il ne s'est jamais considéré comme un écrivain à part entière et, sa retraite prise, a cessé d'écrire pendant vingt ans.
Pourtant, grâce au soutien de Gilles Ortlieb et à la publication en 2003 à nos éditions de son récit inédit "Élisa", qui a rencontré un grand succès auprès de la presse et des lecteurs, Jacques Chauviré a connu une sorte de renaissance littéraire qui aura éclairé la fin de sa vie et gagné de nouveaux lecteurs à son ¦uvre simple et profonde, âpre et fluide à la fois, calmement révoltée, et tenaillée par le sentiment tragique de l'existence. Son "Journal d'un médecin de campagne" (Le temps qu'il fait, 2004), écrit pendant dix ans à l'aube de sa carrière de romancier, fait figure de profession de foi en montrant que "la médecine était une discipline littéraire". On pourrait sûrement soutenir la proposition inverse dans le cas de Chauviré."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mort de Jacques Chauviré (1915-2005)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OPERATION RED WING
» La guerre sur plaques...
» La vie est un songe, par Jacques Vallée des Barreaux
» St-Jacques de Compostelle (*)
» Jacques Legros presentateur de TF1 et le club des cinq.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lettres migrabondes :: Général :: Général-
Sauter vers: