Lettres migrabondes

Migrabond: à la fois migrateur et vagabond (H. Bianciotti). Comme la littérature...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Pierre Loti (1850-1923)

Aller en bas 
AuteurMessage
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Pierre Loti (1850-1923)   Ven 4 Fév à 22:13

Le mariage de Loti, aux éditions Flammarion

"Où les cocotiers écrivent des chants d'amour
A la fin des années 1870, Julien Viaud entame l’écriture de son roman "Rarahu". Quelques années plus tard, Julien Viaud sera devenu Pierre Loti, et Rarahu "Le mariage de Loti". Le livre est resté le même, mais l’homme a adopté comme pseudonyme le surnom polynésien que lui avait donné sa "petite amie" Rarahu. Car il est évident que ce Harry Grant est Pierre Loti, même s’il est difficile de démêler le romanesque de l’histoire vraie dans ce magnifique récit.
Débarqué au pays de la reine Pomaré, alors à peine colonisé, Loti y découvre un monde merveilleux et sensuel, beau et chaleureux. Il y trouve un amour sans bornes, auprès de Rarahu, une jeune femme d’une quinzaine d’années, qu’il épouse, à la manière polynésienne. Hélas, cet amour partagé est victime du destin du marin, toujours sillonnant les sept mers et qui ne sait résister aux ordres pour rester auprès de sa belle. Qui sombrera.

On pourrait trouver que dans son roman, Loti utilise des clichés sur la Polynésie. C’est faux, en étant le premier à raconter ce pays, il invente, par touches colorées, toute une palette d’images, qui sont peut-être devenues des clichés aujourd’hui, mais qui étaient puissamment originales à l’époque et restent terriblement dépaysantes. Bien sûr, Loti est un occidental, un colonial. Mais il y a chez lui, beaucoup plus que chez Kipling par exemple, une attention envers les populations autochtones et sans aller jusqu’à une critique ouverte de la colonisation, il y a une sorte de nostalgie de ces peuples qui s’altèrent, voire disparaissent au contact de la "civilisation". Et surtout, un magnifique roman d’amour, situé dans des paysages somptueux, ce qui ne gâte rien !"


Dernière édition par le Jeu 2 Juin à 14:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: Pierre Loti (1850-1923)   Ven 4 Fév à 22:15

Pêcheur d'Islande, aux éditions Hachette... Chef-d'oeuvre!


"C'est pas l'homme qui prend la mer...

A mon sens, Pierre Loti est l’un de nos plus grands romanciers, mais il vit hélas une sorte de purgatoire littéraire, et c’est regrettable. Loin des clichés, "Pêcheur d’Islande" est le roman de la mer, de ces pêcheurs qui usaient leur vie loin de leur foyer, sur des mers glacées, à tenter de pêcher la fortune qui améliorerait leur quotidien des mois d’hiver. Mais, encore plus que le roman de ces marins, c’est bel et bien le roman des femmes, sœurs et mères de marins, qui attendent le retour de leurs hommes, et qui parfois, savent que le retour n’aura plus lieu, et prient alors pour eux, depuis les chapelles surplombant la mer, cette terrible maîtresse qui a dévoré tant de leurs hommes vigoureux. Le roman d’une attente et d’une angoisse insondable.
L’histoire se concentre sur quatre personnages. Il y a Yann Gaos, un jeune pêcheur, très grand et vigoureux, « fiancé à la mer ». Sylvestre Moan, un tout jeune homme de 19 ans, qui prend part à ses premières pêches au large de l’Islande, avant de devoir partir en service militaire au Tonkin. Il y a la grand-mère, une vieillarde à qui la mer a pris son mari et son fils, et qui veille avec un soin extrême sur Sylvestre, son petit-fils. Et puis il y a Gaud, dont le père s’est enrichi, mais qui est frappée par des revers de fortune. Le roman est axé essentiellement sur l’amour de Gaud et Yann, mais certaines autres scènes sont déchirantes (celle des adieux de Sylvestre et sa grand-mère notamment).
Roman d’une époque et d’un mode de vie rude et révolu, "Pêcheur d’Islande" est un magnifique roman d’amour, et un hommage sensible et réaliste, sans fioritures inutiles, à ceux-là qui aimèrent la mer et leur métier et que parfois, la mer emporta, et à leurs femmes, qui les attendirent patiemment."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: Pierre Loti (1850-1923)   Ven 4 Fév à 22:15

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: Pierre Loti (1850-1923)   Ven 4 Fév à 22:16

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: Pierre Loti (1850-1923)   Ven 4 Fév à 22:17

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pierre Loti (1850-1923)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pierre Loti (1850-1923)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pierre Loti, voyageur avec bagages (littéraires!)
» Avis de marché - Rochefort (17) - restauration des collections textiles du salon turc et de la chambre arabe de la Maison de Pierre Loti.
» Pierre Loti
» Journaux intimes, de Madame de Staël à Pierre Loti
» Journaux intimes, de Madame de Staël à Pierre Loti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lettres migrabondes :: Défense et illustration de la langue française :: Ô France...-
Sauter vers: