Lettres migrabondes

Migrabond: à la fois migrateur et vagabond (H. Bianciotti). Comme la littérature...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Jacques Brel (1929-1978)

Aller en bas 
AuteurMessage
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Jacques Brel (1929-1978)   Ven 18 Fév à 12:42

Quelques textes du grand Jacques, chanteur, mais poète avant tout, poète engagé contre la connerie, tendre et violent parfois.


Dernière édition par le Lun 7 Nov à 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Les F.   Ven 18 Fév à 12:44

"Les Flamingands, chanson comique !

Messieurs les Flamingants
J'ai deux mots à vous rire
Il y a trop longtemps
Que vous me faites frire
À vous souffler dans le cul
Pour devenir autobus
Vous voilà acrobates
Mais vraiment rien de plus

Nazis durant les guerres
Et catholiques entre elles
Vous oscillez sans cesse
Du fusil au missel
Vos regards sont lointains
Votre humour est exsangue
Bien qu'y aient des rues à Gand
Qui pissent dans les deux langues
Tu vois quand j'pense à vous
J'aime que rien ne se perde
Messieurs les Flamingants
Je vous emmerde

Vous salissez la Flandre
Mais la Flandre vous juge.
Voyez la mer du nord
Elle s'est enfuie de Bruges.
Cessez de me gonfler
Mes vieilles roubignoles
Avec votre art flamand-italo-espagnol.
Vous êtes tellement tellement
Beaucoup trop lourds
Que quand les soirs d'orage
Des chinois cultivés
Me demandent d'où je suis,
Je réponds fatigué
Et les larmes aux dents :
"Ik ben van Luxembourg".
Et si aux jeunes femmes,
On ose un chant flamand,
Elle s'envolent en rêvant
Aux oiseaux roses et blancs

Et je vous interdis
D'espérer que jamais à Londres
Sous la pluie on puisse
Vous croire anglais
Et je vous interdis
À New-York ou Milan
D'éructer Messeigneurs
Autrement qu'en flamand
Vous n'aurez pas l'air cons
Vraiment pas cons du tout
Et moi je m'interdis
De dire que je m'en fous
Et je vous interdis
D'obliger nos enfants
Qui ne vous ont rien fait
À aboyer flamand
Et si mes frères se taisent
Et bien tant pis pour elles.
Je chante persiste et signe :
Je m'appelle Jacques Brel"


Cette chanson est très violente, lisez bien les paroles!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage de lait
Permanent
avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Sous un châtaignier...
Date d'inscription : 11/02/2005

MessageSujet: Re: Jacques Brel (1929-1978)   Dim 6 Mar à 20:54

J'ai été surprise de trouver Brel sur le forum "poésie" (sur ce forum littéraire en fait Razz )
Mais pourquoi pas Wink

Je ne connaissais pas du tout Les flamingands Shocked
Chanson comique, vraiment? Elle est particulièrement violente en tout cas, je me demande dans quelles circonstances Brel l'a composée Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: Jacques Brel (1929-1978)   Mar 29 Mar à 18:10

J'ignore les circonstances exactes de la composition de ce texte très violent. Mais je serais ravi de les apprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: Jacques Brel (1929-1978)   Mar 29 Mar à 18:15

Bien sûr il y a les guerres d’Irlande
Et des peuplades sans musique
Bien sûr tout ce manque de tendre
Et il n’y a plus d’Amérique
Bien sûr l’argent n’a pas d’odeur
Mais pas d’odeur vous monte au nez
Bien sûr on marche sur des fleurs
Mais voir un ami pleurer

Bien sûr il y a nos défaites
Et puis la mort qui est tout au bout
Le corps incline déjà la tête
Etonné d’être déjà debout
Bien sûr les femmes infidèles
Et les oiseaux assassinés
Bien sûr nos cœurs perdent leurs ailes
Mais voir un ami pleurer

Bien sûr ces villes épuisées
Par ces enfants de cinquante ans
Notre impuissance à les aider
Et nos amours qui ont mal aux dents
Bien sûr le temps qui va trop vite
Ces métros remplis de noyés
La vérité qui nous évite
Mais voir un ami pleurer

Bien sûr nos miroirs sont intègres
Ni le courage d’être juif
Ni l’élégance d’être nègre
On se croit mèche
On n’est que suif
Et tous ces hommes qui sont nos frères
Tellement qu’on n’est plus étonné
Que par amour ils nous lacèrent
Mais voir un ami pleurer"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: Jacques Brel (1929-1978)   Mar 29 Mar à 18:16

"Mon ami qui croit
Que tout doit changer
Te crois-tu le droit
De t’en aller tuer
Les bourgeois.
Si tu crois encore qu’il nous faut descendre
Dans le creux des rues pour monter au pouvoir
Si tu crois encore au rêve du grand soir
Et que nos ennemis il faut aller les pendre

Dis-le-toi désormais
Même s’il est sincère
Aucun rêve jamais
Ne mérite une guerre."

Jacques Brel, Œuvre intégrale, Robert Laffont, p. 117
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: Jacques Brel (1929-1978)   Mar 29 Mar à 18:17

"Les gens

Belle Jeannette a fauté, je n’en dis pas davantage
Car cela peut arriver à toutes les filles de son âge
Mais lorsque sa mère apprit qu’elle allait être grand-mère
Retentirent tous les cris d’une majuscule colère
Vous parlez, ma bonne dame, de vice, d’immoralité
Mais faites-vous donc un drame des amants que vous avez

Les gens qui ont bonne conscience dans les rues, le soir
Les gens qui ont bonne conscience ont souvent mauvaise mémoire

Et ceux qui se disent beaux parce qu’ils sont idiots
Et ceux qui se disent malins parce qu’ils ne sont que laids
Et ceux qui se disent heureux parce qu’ils sont des bigots
Et ceux qui se disent bons parce qu’ils sont des niais
Ceux qui ont la tête haute parce qu’ils ont tout appris
Et qui ont l’âme sereine parce qu’ils n’ont rien compris."

Jacques Brel, Œuvre Intégrale, Robert Laffont, p. 91
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 04/02/2005

MessageSujet: Re: Jacques Brel (1929-1978)   Mar 29 Mar à 18:18

Les Marquises

« Ils parlent de la mort
Comme tu parles d'un fruit
Ils regardent la mer
Comme tu regardes un puits
Les femmes sont lascives
Au soleil redouté
Et s'il n'y a pas d'hiver
Cela n'est pas l'été
La pluie est traversière
Elle bat de grain en grain
Quelques vieux chevaux blancs
Qui fredonnent Gauguin
Et par manque de brise
Le temps s'immobilise
Aux Marquises

Du soir montent des feux
Et des pointes de silence
Qui vont s'élargissant
Et la lune s'avance
Et la mer se déchire
Infiniment brisée
Par des rochers qui prirent
Des prénoms affolés
Et puis plus loin des chiens
Des chants de repentance
Des quelques pas de deux
Et quelques pas de danse
Et la nuit est soumise
Et l'alizé se brise
Aux Marquises

Le rire est dans le coeur
Le mot dans le regard
Le coeur est voyageur
L'avenir est au hasard
Et passent des cocotiers
Qui écrivent des chants d'amour
Que les sœurs d'alentour
Ignorent d'ignorer
Les pirogues s'en vont
Les pirogues s'en viennent
Et mes souvenirs deviennent
Ce que les vieux en font
Veux-tu que je te dise
Gémir n'est pas de mise
Aux Marquises. »

Celle-là est peut-être ma préférée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jacques Brel (1929-1978)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jacques Brel (1929-1978)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jacques Brel, patrimoine ou mercantilisme ?
» Jacques Brel, trente ans polus tard.........
» Je suis un soir d'été (Jacques Brel)
» Le plat pays (Jacques Brel cover)
» Ecoutez Jacques Brel...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lettres migrabondes :: Espace poétique :: Poésie sans frontières-
Sauter vers: